Menu Fermer

Enfance.

La main de mon est moite dans la mienne,
tremblant à la vue des veines bleues qui la rident,
ne pouvant croire à ces accidents qui adviennent
quand les ans s’accumulent et que la trépide.

Ma main voudrait serrer mais n’étreint que le vide,
mon a fondu, n’en reste que la lie
au fond d’un verre épais que ma avide
tente en vain de remplir, mais ce n’est que folie.

La main de mon est moite dans la mienne,
tremblant à la vue des veines bleues qui la rident,
ne pouvant croire à ces accidents qui adviennent
quand les ans s’accumulent et que la trépide.

Ma main voudrait serrer mais n’étreint que le vide,
mon a fondu, n’en reste que la lie
au fond d’un verre épais que ma avide
tente en vain de remplir, mais ce n’est que folie.

S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Adrienne
14 novembre 2021 15:16

la lie? mais aussi je le suppose des souvenirs bien plus doux?

Dominique
14 novembre 2021 10:48

Jolie et triste poésie.
La vieillesse rapproche de la Vérité, mais si c’est du Vide, on ne s’en rendra pas compte… On ne sera pas déçu quoiqu’il advienne de nous. Mais pour l’heure : vivre intensément autant qu’on le peut !
Ne chercher à serrer que les mains des amis qui vous saluent. La main du souvenir, elle, est une illusion.
Pas gai-gai tout cela, mais c’est novembre qui nous inspire la mélancolie. Décembre, lui, nous rapproche un peu plus du printemps !
Bon dimanche André !

4
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
%d blogueurs aiment cette page :