Nu

Nu.

Nés nus,
tout aussitôt vêtus
de pudeur,
putti baroques,
angelots fessus,
sourires équivoques
aux plafonds suspendus.

Nés nus,
tout aussitôt vêtus
des oripeaux fanés
de la vertu.
Tartufe est votre père
et vous serez
dans cette vie amère
censurés.

Née nue
par quelque maléfice
au fond d’un puits,
la vérité factice
n’ose en sortir la nuit
que revêtue
de tous ses artifices
mensongers.

Né nu
et sans l’avoir voulu,
je m’en irai
vêtu
et sans postérité.

 

André

Pour partager ...
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

3
Une réaction ? Un commentaire ?

Veuillez Connexion pour commenter
avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
trackback

[…] André nous livre la vérité dans  un poème « nu » […]

poison et caramel

J’adore les tableaux de Paul Delvaux, représentant de mystérieuses femmes nues qui attendent, attendent, sur un quai de gare où les trains ne sifflent plus, ou bien au milieu de ruines gréco-romaines…

%d blogueurs aiment cette page :