Menu Fermer

Quête matinale.

L’Adrienne, un matin,
qui cherchait un café,
sur un trottoir d’Amiens
m’a soudain projeté.

Sur les trottoirs d’Amiens,
à l’aube fraîche,
pas un chat, pas un chien,
je me dépêche.

L’hôtel désert
avait offert
le gîte sans le couvert.

Sur les trottoirs d’Amiens,
enchifrené,
j’erre, et ne trouve rien
pour déjeuner,
tandis que mes compagnes
et notre compagnon
qu’à présent la faim gagne
attendent au salon.

Sur le trottoir, enfin,
le néon vert
d’un bar ouvert.
Et ma quête prend fin.

Compagnons, mon errance
permit que nous puissions
réparer les carences
de notre amphitryon.

L’Adrienne, un matin,
qui cherchait un café,
sur un trottoir d’Amiens
m’a soudain projeté.

Sur les trottoirs d’Amiens,
à l’aube fraîche,
pas un chat, pas un chien,
je me dépêche.

L’hôtel désert
avait offert
le gîte sans le couvert.

Sur les trottoirs d’Amiens,
enchifrené,
j’erre, et ne trouve rien
pour déjeuner,
tandis que mes compagnes
et notre compagnon
qu’à présent la faim gagne
attendent au salon.

Sur le trottoir, enfin,
le néon vert
d’un bar ouvert.
Et ma quête prend fin.

Compagnons, mon errance
permit que nous puissions
réparer les carences
de notre amphitryon.

Posted in Poésie

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *