angoisse

Angoisse.

Compagne des jours sans faim,
amie fidèle
somnolant dans un recoin,
puissante et grêle.

Compagne des nuits sans fin,
aux aguets
dans les replis du satin
trop douillet.

Maîtresse du petit jour,
au réveil
tu déchires comme un vautour
le sommeil

pour ne laisser entre les côtes,
prisonnier,
que le plus inhumain des hôtes,
un rocher

si brûlant, si glacé, si lourd
qu’il ne laisse
aucun interstice pour
que renaisse

une chenille, un papillon,
même éphémère,
qui porterait enfin un nom
pas trop amer.

Tu vas et viens en nous,
anthropophage,
tu vas et viens, mais nous
résistons avec rage.

André


Pour partager ...
  • 9
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    9
    Shares

2
Une réaction ? Un commentaire ?

Veuillez Connexion pour commenter
avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Adrienne

oui nous résistons avec rage et tous les moyens à notre portée…
écrire ce poème en est peut-être un 🙂

%d blogueurs aiment cette page :