Menu Fermer

Bucolique.

Depuis le temps, Tityre, que sous ton hêtre
tu reposes en rêvant d’Amarillys,
n’as-tu jamais, dans ton décor champêtre,
senti poindre l’ennui sous les délices ?

N’as-tu jamais, depuis le temps, voulu
fuir cette ombre qui te charma jadis,
mener ta belle au-delà du talus
cueillir la rose et le myosotis ?

N’as-tu jamais, Tityre, lassé
d’entendre encore le du rossignol,
de passer tant de à rêvasser
d’Amarillys allongé sur le sol ?

As-tu jamais, Tityre, franchi le pas,
connu le vaste et ses mystères?
Ton géniteur ne nous le dira pas,
laissant ton imaginaire.

Depuis le temps, Tityre, que sous ton hêtre
tu reposes en rêvant d’Amarillys,
n’as-tu jamais, dans ton décor champêtre,
senti poindre l’ennui sous les délices ?

N’as-tu jamais, depuis le temps, voulu
fuir cette ombre qui te charma jadis,
mener ta belle au-delà du talus
cueillir la rose et le myosotis ?

N’as-tu jamais, Tityre, lassé
d’entendre encore le du rossignol,
de passer tant de à rêvasser
d’Amarillys allongé sur le sol ?

As-tu jamais, Tityre, franchi le pas,
connu le vaste et ses mystères?
Ton géniteur ne nous le dira pas,
laissant ton imaginaire.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
%d blogueurs aiment cette page :