hand

Humains.

Du Sud au Nord
les foules folles,
des rues aux ports
battent le sol
de leurs pieds lourds.

D’Ouest en Est
court l’illusion
qu’il ne leur reste
de solution
que leurs poings gourds.

Brandissant l’étendard
qu’ils croient défendre,
refoulant les barbares
sans même entendre
sous leurs cris sourds,

la faim, la peur,
le désespoir,
et le malheur
de ne plus voir
un mot d’amour.

Certains se disent humains,
s’achètent une conscience
en ne tendant la main
qu’avec condescendance,

en entr’ouvrant la porte
et en poussant dehors,
le diable les emporte !
les pauvres sans remords.

Alors les uns se lèvent
et, s’habillant de jaune,
s’en vont hurler qu’ils crèvent.
Ils finiront aphones.

D’autres, que l’on voit peu,
se cachent en silence,
meurent à petit feu,
à bout d’indifférence.

Vautré sur un tas d’or, le à l’agonie
attend sa fin prochaine avec parcimonie.

André


Pour partager ...
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Share

Une réaction ? Un commentaire ?

Veuillez Connexion pour commenter
avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de
%d blogueurs aiment cette page :