Menu Fermer

Le concert des Callas.

Dans le froufrou feutré de banals bavardages
semble flotter déjà quelque illusion de note
une diffuse où les vagabondages
de pris au font croire qu'on complote.

Déjà le brouhaha semble s'atténuer
on perçoit sans les voir l'aura des concertistes
à l'air soudain sérieux des vieux habitués
on pressent pour bientôt l'arrivée des artistes.

La s'éteint l'accordéon s'éveille
nous rince les oreilles un instant puis la gifle
vingt vingt chantent au de leurs pareilles
la des corps et les serpents qui sifflent.

Vingt voix vingt femmes autant de traits qui touchent au cœur
que la révolte gronde ou sourie la tendresse
l'accordéon entraîne les vingt voix de nos sœurs
aux chemins tortueux de l'humaine kermesse.

Quand le dernier accord meurt sur un dernier cri
on s'aperçoit surpris qu'on n'a plus les yeux secs
on s'ébroue on se lève et si l'on a souri
c' est un peu pour masquer la gêne d'être un mec.


Dernière mise à jour le 3 mois par André

Posted in Poésie
S’abonner
Notifier de
guest

6 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Dominique
13 mars 2023 18:58

Tu ne nous a pas mis la vidéo ???

Dominique
Réponse à  Dominique
13 mars 2023 18:58

As

Adrienne
13 mars 2023 14:25

je m’inquiétais de ce long silence, ce matin encore 🙂

Adrienne
Réponse à  André
13 mars 2023 22:18

je préfère cette raison-là à d’autres, moins joyeuses 😉

6
0
Would love your thoughts, please comment.x