Menu Fermer

Lignes de vie.

De nos mains s’écoulant,
entre les doigts s’enfuit
la vie en révélant
le vide qui s’ensuit.

Quelques grains de présence
apportés par le vent
combleront-ils l’absence
de ceux partis devant ?

La vie entre nos doigts
n’a laissé en partant
qu’un peu de glu, de poix
où s’attarde le temps.

Au creux de nos mains vides
quelques lignes encore
font le portrait rapide
d’un futur âge d’or.

De nos mains s’écoulant,
entre les doigts s’enfuit
la vie en révélant
le vide qui s’ensuit.

Quelques grains de présence
apportés par le vent
combleront-ils l’absence
de ceux partis devant ?

La vie entre nos doigts
n’a laissé en partant
qu’un peu de glu, de poix
où s’attarde le temps.

Au creux de nos mains vides
quelques lignes encore
font le portrait rapide
d’un futur âge d’or.

Posted in Poésie

6 Comments

  1. Claudine

    Je découvre votre blog depuis quelques jours. J’ai beaucoup aimé votre post sur l’école, il est criant de vérités…
    Votre poème me parle,on s’accroche aux lignes de nos mains, à tord ou à raison, mais je pense que c’est ce qui nous fait avancer…
    Bonne journée à vous !

    • André

      L’espoir, malgré tout. Les lignes de la main, ce n’est pas vraiment fiable, mais on se raccroche à ce qu’on peut, à la folle illusion d’un âge d’or possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *