Menu Fermer

Première fois.

Tant de mois depuis qu’il s’est invité chez nous,
qu’il a pris possession de nos conversations,
tant de jours sous le joug, tant de temps qu’il dénoue
ce qui nous unissait, et quoi que nous fassions.

Les journaux, les amis, la famille et les gens
ont fait de lui le cœur malade de leur vie,
minuscule occupant couronné, pataugeant
aux quatre coins d’un monde en quête de survie.

Voilà que peu à peu un germe d’espérance
crève la terre aride où nous nous promenons:
nous avons bavardé, empreints d’indifférence,
pour la première fois sans prononcer son nom.

Tant de mois depuis qu’il s’est invité chez nous,
qu’il a pris possession de nos conversations,
tant de jours sous le joug, tant de temps qu’il dénoue
ce qui nous unissait, et quoi que nous fassions.

Les journaux, les amis, la famille et les gens
ont fait de lui le cœur malade de leur vie,
minuscule occupant couronné, pataugeant
aux quatre coins d’un monde en quête de survie.

Voilà que peu à peu un germe d’espérance
crève la terre aride où nous nous promenons:
nous avons bavardé, empreints d’indifférence,
pour la première fois sans prononcer son nom.

Posted in Poésie

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *