regain

Regain

Quand peu à peu revient,
lancinant, le besoin,
quand un à un, les
chaussent leurs vieux sabots,
c’est la vie qui renaît,
fragile perce-neige
obstiné qui connaît
la nature, et la piège.

Quand il me faut redire,
après un long silence,
le camaïeu de rires,
les sursauts d’espérance
quand se crispe le coeur
et que la main tâtonne,
les mots qui s’abandonnent
me parlent de bonheur.

Que diront-ils demain
quand reviendra la pluie ?
Me prendront-ils la main
au long des jours de suie ?

Les mots sont éphémères,
ils parlent d’aujourd’hui.

André


Pour partager ...
  • 7
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    7
    Shares

4
Une réaction ? Un commentaire ?

Veuillez Connexion pour commenter
avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Adrienne

très jolie façon de parler de la fragilité des choses qui font notre bonheur…

carnetsparesseux

merci pour ce très beau texte, dont je retiens une ligne :
« les mots sont éphémères, ils parlent d’aujourd’hui »
et j’ajoute : mais ils nous en parleront encore demain.

%d blogueurs aiment cette page :