Menu Fermer

Silences.

Le est profond
comme la mer.
Je m’y baigne et au fond
me noie, sans pouvoir faire
un geste le ciel,
sans un mot, sans un cri,
sans même une étincelle
ou un regard surpris.

Le est fragile
comme le verre.
D’un battement de cils,
convulsion passagère,
le voilà fracassé
en mille éclats sonores
dont l’écho émoussé
tinte tel un remords.

Le est fécond,
c’est une serre
où pensifs nous vaquons
à cultiver le lierre
de nos chimériques,
où nous peinons souvent
dans l’effort pathétique
de capturer le vent.

Le est profond
comme la mer.
Je m’y baigne et au fond
me noie, sans pouvoir faire
un geste le ciel,
sans un mot, sans un cri,
sans même une étincelle
ou un regard surpris.

Le est fragile
comme le verre.
D’un battement de cils,
convulsion passagère,
le voilà fracassé
en mille éclats sonores
dont l’écho émoussé
tinte tel un remords.

Le est fécond,
c’est une serre
où pensifs nous vaquons
à cultiver le lierre
de nos chimériques,
où nous peinons souvent
dans l’effort pathétique
de capturer le vent.

S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Barbara Auzou
29 avril 2021 19:52

C’est très beau, André…

2
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
%d blogueurs aiment cette page :