sursis

Sursis.

Une note bleue
sur la grande aiguille
fait ce qu’elle peut
pour ralentir la vie.

Le s’est évanoui
et nous voguons
sur un présent uni,
à l’unisson.

Immobiles, à peine caressés
par les instants
paresseux, fluides, empesés
et insistants,

nos se joignent et se séparent,
nos se taisent,
nos pas s’arrêtent et redémarrent,
nos yeux se taisent,

hibernant au printemps,
comme entre parenthèses
jusqu’au retour du temps,
assis entre deux chaises.

André


Pour partager ...
  • 22
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    22
    Shares

2
Une réaction ? Un commentaire ?

Veuillez Connexion pour commenter
avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
carnetsparesseux

« hibernant au printemps »… nous voilà entre deux saisons, dans le sas 🙂

%d blogueurs aiment cette page :