Menu Fermer

Château.

Le tas de pierres encore
a l’air médiéval,
un vieux lion qui dort
un œil guettant le val.

Le soleil bas caresse
les balafres anciennes
dont la muraille épaisse
s’imagine gardienne.

Pierre à pierre, il monta
menaçant et cruel ;
pierre à pierre, il chuta
comme glace au dégel.

Il n’a plus aujourd’hui
que la peau sur les os
le vieux lion réduit
en animal de zoo.

Le tas de pierres encore
a l’air médiéval,
un vieux lion qui dort
un œil guettant le val.

Le soleil bas caresse
les balafres anciennes
dont la muraille épaisse
s’imagine gardienne.

Pierre à pierre, il monta
menaçant et cruel ;
pierre à pierre, il chuta
comme glace au dégel.

Il n’a plus aujourd’hui
que la peau sur les os
le vieux lion réduit
en animal de zoo.

Posted in Poésie

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *