Menu Fermer

Mots.

J'aurais voulu d'un ton léger
dire la de l'
les se gorgeant de
la tiède et l'odeur des .

J'aurais voulu pour célébrer
la reine et le farniente
des frais comme glace aux fraises
des mots ombreux sous les tonnelles.

J'aurais voulu mais l'été brûle
les forêts partent en fumée
les canons tonnent et le sang coule
les fruits sont grillés au soleil.

Et les mots effrayés sans doute
ne sortent plus de leur tanière
que pour dire au stylo qu'ils doutent
d'être encore utiles au .

J'aurais voulu d'un ton léger
dire la douceur de l'été
les fruits se gorgeant de soleil
la pluie tiède et l'odeur des foins.

J'aurais voulu pour célébrer
la saison reine et le farniente
des mots frais comme glace aux fraises
des mots ombreux sous les tonnelles.

J'aurais voulu mais l'été brûle
les forêts partent en fumée
les canons tonnent et le sang coule
les fruits sont grillés au soleil.

Et les mots effrayés sans doute
ne sortent plus de leur tanière
que pour dire au stylo qu'ils doutent
d'être encore utiles au poète.

Dernière mise à jour le 4 mois par André

Posted in Poésie
S’abonner
Notifier de
guest

6 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
roijoyeux
17 juillet 2022 07:57

ça sent la fin du monde !! … 🙁

Adrienne
16 juillet 2022 19:13

C’est si tristement vrai !

Chantal
Chantal
16 juillet 2022 19:11

Que de vérités en peu de mots ! Douce soirée, quand même…

6
0
Would love your thoughts, please comment.x