cuberdon

Ode au cuberdon

Quand le gourmand,
l’oeil allumé
par le sucré
cône fondant
oublie sa vie,
oublie le temps,
son nez ravi
pour un instant
ouvre un battant
du paradis

Quand enfin, sous la dent,
ta croûte mollement
cède,
c’est ton coeur rouge sang
qui alors se répand,
tiède,
envoûtant les papilles
de celui qui déguste.
Son âme part en vrille,
il est parmi les Justes,
son enfance renaît
dans ton sucre qui fond,
hommage à toi qui n’es
qu’un simple cuberdon.

André


Pour partager ...
  •  
  • 10
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    10
    Shares

Une réaction ? Un commentaire ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

14 commentaires sur “Ode au cuberdon”

%d blogueurs aiment cette page :