cuberdon

Ode au cuberdon

Quand le gourmand,
l’oeil allumé
par le sucré
cône fondant
oublie sa vie,
oublie le ,
son nez ravi
pour un instant
ouvre un battant
du paradis

Quand enfin, sous la dent,
ta croûte mollement
cède,
c’est ton coeur rouge sang
qui alors se répand,
tiède,
envoûtant les papilles
de celui qui déguste.
Son âme part en vrille,
il est parmi les Justes,
son enfance renaît
dans ton sucre qui fond,
hommage à toi qui n’es
qu’un simple cuberdon.

André


Pour partager ...
  • 10
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    10
    Shares

14
Une réaction ? Un commentaire ?

Veuillez Connexion pour commenter
avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
patchcath

Dis, ça te mets dans tous tes états ! Il faut être Belge dans son cœur et tout au fond de sa gorge pour rendre hommage et une friandise. 😉

Esther Luette

Découvert pour la première fois de mon existence à Gand ! 😀

noir622224124

Che bello André

Écri'Turbulente

Le cuberdon ? Je ne connais pas… mais ce doit être fichtrement bon pour mériter un poème si joliment tourné !
Bonne année, André !

LydiaB

Très belle ode !
J’en profite pour vous souhaiter tous mes vœux pour cette nouvelle année !

Adrienne

c’était la gâterie préférée de mon père, un souvenir d’enfance, pour lui, en effet, et le bon cuberdon devait être comme vous le décrivez, coulant à l’intérieur 🙂

%d blogueurs aiment cette page :