Menu Fermer

Silence.

L’or du coule
en vagues monotones
où le présent s’enroule,
où le rêveur s’étonne
ballotté par la houle
du flot qui s’abandonne,
du monde qui s’écroule.

L’argent de la
qu’on a trop dépensé
en diatribes folles
n’aura rien financé,
parti en fumerolles,
vainement dispersé.

Le plomb des perdus
pèse sur les consciences
et les malentendus
sur les épaves dansent.

L’or du coule
en vagues monotones
où le présent s’enroule,
où le rêveur s’étonne
ballotté par la houle
du flot qui s’abandonne,
du monde qui s’écroule.

L’argent de la
qu’on a trop dépensé
en diatribes folles
n’aura rien financé,
parti en fumerolles,
vainement dispersé.

Le plomb des perdus
pèse sur les consciences
et les malentendus
sur les épaves dansent.

S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
%d blogueurs aiment cette page :