Menu Fermer

Survie.

Les portes ouvertes des maisons
crient à la leur désarroi,
offrent à la vue la déraison
de la nudité des parois.

Les portes closes des maisons
ne veulent plus voir le charroi
ni les sinistres cargaisons,
ni exposer leur désarroi.

Les rues désertées qu'on devine
avoir des lieux de vie
ne montrent plus, parmi les ruines,
que des réflexes de survie.

Les portes ouvertes des maisons
crient à la rue leur désarroi,
offrent à la vue la déraison
de la nudité des parois.

Les portes closes des maisons
ne veulent plus voir le charroi
ni les sinistres cargaisons,
ni exposer leur désarroi.

Les rues désertées qu'on devine
avoir été des lieux de vie
ne montrent plus, parmi les ruines,
que des réflexes de survie.

Dernière mise à jour le 4 mois par André

Posted in Déluge, Poésie
S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x