Menu Fermer

Utopie.

Originally posted 2021-12-03 20:39:07.

Il n'a pas de , le pays dont je suis,
les voisins n'y sont pas des étrangers barbares.
Il n'a comme , le que je suis,
que l' du où mon regard s'é.

Citoyen d', je fais un long voyage
par des contrées hostiles où les trop peureux
ne voient en leurs semblables aux semblables visages
que des envahisseurs, que des dangers affreux.

Bien souvent, je retourne au pays de
que les ans ont bâti tout au fond de moi-même,
m'abreuver à sa source, laver la bile amère,
chercher la force encore de rêver un poème.

Il n'a pas de frontières, le pays dont je suis,
les voisins n'y sont pas des étrangers barbares.
Il n'a comme horizon, le que je suis,
que l'infini du où mon regard s'é.

Citoyen d', je fais un long voyage
par des contrées hostiles où les gens trop peureux
ne voient en leurs semblables aux semblables visages
que des envahisseurs, que des dangers affreux.

Bien souvent, je retourne au pays de chimères
que les ans ont bâti tout au fond de moi-même,
m'abreuver à sa source, laver la bile amère,
chercher la force encore de rêver un poème.

Dernière mise à jour le 11 janvier 2024 par André

Posted in Poésie
S’abonner
Notifier de
guest

1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Paul

C’est très beau !
Au-delà de nos désillusions, de nos pessimismes, de nos mésaventures, continuer à chercher le beau et le bon.
Seule route possible pour continuer à vivre et à survivre.
Paul

1
0
Would love your thoughts, please comment.x