Le sens du silence.

Presque cinq mois, pas loin d’une demi-année, de silence: est-ce à dire qu’il ne se passe plus rien qui suscite l’indignation, la réaction ou l’admiration ? Est-ce à dire que ma source est tarie, ou que l’indifférence me gagne ?

Rien de tout cela, au contraire. Le continue à courir à sa perte, les gens souffrent et meurent dans une injustice immonde, quelques lumignons continuent à éclairer notre nuit, mais depuis ces quelques mois je suis envahi par le sentiment de l’insignifiance de ma petite pierre, de ma petite goutte d’eau dans cet océan.

Une longue lamentation a-t-elle un sens ? Redire avec mes ce que tout le monde sait, sent, souffre a-t-il la moindre chance d’être utile ? Mais se taire a-t-il plus de sens ? Le silence est-il plus pertinent que la bouteille à la mer que sont les lancés sur un blog ?

Je ne sais toujours pas, mais aujourd’hui, comme un nausée, les mots me remontent à la gorge. Et de nouveau, il va me falloir les jeter à la mer. De nouveau, je vais tenter de conjurer mon pessimisme désespéré en criant la laideur du monde et la beauté incomparable de tout ce qui résiste.

Pour combien de ?

Pour partager ...
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une réaction ? Un commentaire ?

Veuillez Connexion pour commenter
avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de
%d blogueurs aiment cette page :