Menu Fermer

À la table du monde.

À la du monde on parlait quatre langues
chacun à sa façon partageant un
de nouvelles baroques à la saveur de mangue
où l’on se moque bien de compter les faux pas.

À peu à peu les langues déliées
ont laissé choir les peurs pour prendre leur envol
mêlant sur le leurs ailes dépliées
picorant çà et là quelques brins d’herbe folle.

À la du monde on reviendra trinquer
goûter aux utopies partagées sans calcul
aux desserts savoureux qui nous auront manqué
où nous partagerons tout l’or des renoncules.

À la du monde on parlait quatre langues
chacun à sa façon partageant un
de nouvelles baroques à la saveur de mangue
où l’on se moque bien de compter les faux pas.

À peu à peu les langues déliées
ont laissé choir les peurs pour prendre leur envol
mêlant sur le leurs ailes dépliées
picorant çà et là quelques brins d’herbe folle.

À la du monde on reviendra trinquer
goûter aux utopies partagées sans calcul
aux desserts savoureux qui nous auront manqué
où nous partagerons tout l’or des renoncules.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
%d blogueurs aiment cette page :