Menu Fermer

Enfance.

L’école du village où nous allions à pied
en culottes de laine tricotées à la main
avait un bac à sable où jouer aux pompiers
des tricotins de bois pour les doigts des gamins.

À l’église à côté le dimanche à la messe
nous détournions parfois le sou de la collecte
pour l’office fini courir changer la pièce
contre une friandise à la saveur suspecte.

La vie était alors notre terrain de jeu
bienveillante et facile et les jours paressaient
innocent ruisselet sans crues et sans enjeux
autres que d’accueillir les frères qui naissaient.

L’école du village où nous allions à pied
en culottes de laine tricotées à la main
avait un bac à sable où jouer aux pompiers
des tricotins de bois pour les doigts des gamins.

À l’église à côté le dimanche à la messe
nous détournions parfois le sou de la collecte
pour l’office fini courir changer la pièce
contre une friandise à la saveur suspecte.

La vie était alors notre terrain de jeu
bienveillante et facile et les jours paressaient
innocent ruisselet sans crues et sans enjeux
autres que d’accueillir les frères qui naissaient.

Posted in Poésie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *