Menu Fermer

Guajira.

Guajira de poussière et de vent,
peuplée d’esprits, propice aux songes,
les chinchorros colorés sous l’auvent
bercent les gens que la faim ronge.

Guajira de cactus et de sable,
hostile aux hommes, ensorcelante,
le souvenir impérissable
de ta magie encore me hante.

Guajira de silence obstiné,
sous l’implacable feu du ciel
tes enfants au sourire inné
m’ont donné le doux nom d’aieul.

Quelques jours, ou bien des années,
Guajira, le temps nous ravit;
tes esprits nous ont condamnés,
ensorcelés, liés à vie.

Guajira de poussière et de vent,
peuplée d’esprits, propice aux songes,
les chinchorros colorés sous l’auvent
bercent les gens que la faim ronge.

Guajira de cactus et de sable,
hostile aux hommes, ensorcelante,
le souvenir impérissable
de ta magie encore me hante.

Guajira de silence obstiné,
sous l’implacable feu du ciel
tes enfants au sourire inné
m’ont donné le doux nom d’aieul.

Quelques jours, ou bien des années,
Guajira, le temps nous ravit;
tes esprits nous ont condamnés,
ensorcelés, liés à vie.

Posted in Poésie

3 Comments

  1. Ping :Rencontre au bout du monde - 9 - Cemondeblog

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *