Menu Fermer

Nos jours.

Nous aurons donné à nos
le papier pour y écrire
les jeux, l’enfance, la vie, l’amour.
Nous leur aurons donné à rire.

Nous aurons dicté nos envies,
nos désirs fous et nos ornières
à ce grand livre de nos vies
qui sait nos élans, nos misères.

Nous aurons laissé les années
dévorer goulûment notre âme,
ne laissant qu’un goût suranné
sur nos langues pas même un blâme.

Il nous reste à écrire encore
quelques chapitres au stylo bleu,
la vieille envie de vivre encore
des nouveaux, miraculeux.

Nous aurons donné à nos
le papier pour y écrire
les jeux, l’enfance, la vie, l’amour.
Nous leur aurons donné à rire.

Nous aurons dicté nos envies,
nos désirs fous et nos ornières
à ce grand livre de nos vies
qui sait nos élans, nos misères.

Nous aurons laissé les années
dévorer goulûment notre âme,
ne laissant qu’un goût suranné
sur nos langues pas même un blâme.

Il nous reste à écrire encore
quelques chapitres au stylo bleu,
la vieille envie de vivre encore
des nouveaux, miraculeux.

S’abonner
Notifier de
guest

4 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Adrienne
24 janvier 2022 19:28

bien dit, sans être trop noir 🙂

Marcello Comitini
24 janvier 2022 19:12

Très beau poème dont le contenu fait réfléchir et donne encore de l’espoir.

4
0
Would love your thoughts, please comment.x
%d blogueurs aiment cette page :