Menu Fermer

Orage.

La plainte aiguë d’un long d’Est
siffle aux tympans de nos consciences
recouvre comme un palimpseste
les fables de l’indifférence.

Un meurt que l’autre agresse
et depuis les gradins du stade
on encourage les prouesses
on en appelle à l’estocade.

Le d’Est au souffle sauvage
qui déracine les familles
fait voler jusqu’à nos rivages
des branches arrachées, des brindilles
échouées dans nos voisinages
et que le éparpille.

De loin les éclairs de l’orage
lancent sur nous leurs escarbilles.

La plainte aiguë d’un long d’Est
siffle aux tympans de nos consciences
recouvre comme un palimpseste
les fables de l’indifférence.

Un meurt que l’autre agresse
et depuis les gradins du stade
on encourage les prouesses
on en appelle à l’estocade.

Le d’Est au souffle sauvage
qui déracine les familles
fait voler jusqu’à nos rivages
des branches arrachées, des brindilles
échouées dans nos voisinages
et que le éparpille.

De loin les éclairs de l’orage
lancent sur nous leurs escarbilles.

S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
%d blogueurs aiment cette page :