Menu Fermer

Passagers du vent.

Nous étions passagers
de l’air pur et du vent,
heureux, libres, légers
souvent
sans nous apercevoir
des oiseaux, des avions,
des gros noirs
que parfois nous croisions
sans voir
le du monde
pâlir et disparaître
au fond des catacombes
d’où le mal allait naître.

Nous étions ignorants,
coupables d’insouciance
quand déjà les torrents
exhibaient leurs outrances,
quand déjà
la terre agonisait,
quand de hideux goujats
la métamorphosaient
déjà
en ce cadavre nu
qu’elle sera bientôt.

Le mal est advenu,
mais il est bien trop tôt.

Trop tôt.

Nous étions passagers
de l’air pur et du vent,
heureux, libres, légers
souvent
sans nous apercevoir
des oiseaux, des avions,
des gros noirs
que parfois nous croisions
sans voir
le du monde
pâlir et disparaître
au fond des catacombes
d’où le mal allait naître.

Nous étions ignorants,
coupables d’insouciance
quand déjà les torrents
exhibaient leurs outrances,
quand déjà
la terre agonisait,
quand de hideux goujats
la métamorphosaient
déjà
en ce cadavre nu
qu’elle sera bientôt.

Le mal est advenu,
mais il est bien trop tôt.

Trop tôt.

S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
The Wheelchair Teen
6 juillet 2021 21:10

This poem reminded me of the current environmental situation and how many people are oblivious to just how serious it is getting. It can represent may different things though – anything were evil is growing up and people are oblivious to the danger that they’re in.

2
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
%d blogueurs aiment cette page :