Menu Fermer

Pour avoir.

Pour avoir été témoins de ces mains calleuses
brandissant leurs outils pour façonner un monde
pour avoir partagé les journées laborieuses
la poussière et les pauses au goût de bière blonde

Pour avoir de nos mains manié la truelle
et gâché le ciment et porté tant de faix
endurant le soleil et les hivers cruels
et pour avoir été quelquefois satisfaits
de l’ouvrage accompli dans l’effort mutuel.

Nous pouvons regarder en paix sans amertume
ce monde qui n’est plus que nous avons bâti
qui comme nous vieillit ralentit et s’embrume
et qui ne survit plus que dans nos chuchotis.

Pour avoir été témoins de ces mains calleuses
brandissant leurs outils pour façonner un monde
pour avoir partagé les journées laborieuses
la poussière et les pauses au goût de bière blonde

Pour avoir de nos mains manié la truelle
et gâché le ciment et porté tant de faix
endurant le soleil et les hivers cruels
et pour avoir été quelquefois satisfaits
de l’ouvrage accompli dans l’effort mutuel.

Nous pouvons regarder en paix sans amertume
ce monde qui n’est plus que nous avons bâti
qui comme nous vieillit ralentit et s’embrume
et qui ne survit plus que dans nos chuchotis.

Posted in Poésie

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *