Menu Fermer

Sieste.

Les larmes du piano
ponctuent
le récit triste du saxo,
embuent
mon œil qui doucement
s’éteint
pendant l’embarquement
soudain
pour les pays confus
où rien
ne trouble le diffus.
Par vagues, l’esprit vogue
au rythme syncopé des notes,
pirogue
sans rameur, qui flotte
quelques secondes encore ,
qui sombre
sans avoir vu le port
dans l’ombre.

Les larmes du piano
ponctuent
le récit triste du saxo,
embuent
mon œil qui doucement
s’éteint
pendant l’embarquement
soudain
pour les pays confus
où rien
ne trouble le diffus.
Par vagues, l’esprit vogue
au rythme syncopé des notes,
pirogue
sans rameur, qui flotte
quelques secondes encore ,
qui sombre
sans avoir vu le port
dans l’ombre.

S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
oth67
25 avril 2021 08:09

L’endroit idéal pour une sieste 😉

Chantal SEVESTRE
Chantal SEVESTRE
23 avril 2021 15:00

sieste : Armand Amar – Inanna sans fin…

2
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
%d blogueurs aiment cette page :