Menu Fermer

Vu du balcon.

Vus du balcon, qu’ils semblent loin
les remous du monde enragé,
les hurlements, les coups de poing,
les pleurs d’enfants, de gens âgés.

Qu’ils semblent loin l’adolescent
enfermé dans sa solitude
et le pervers déliquescent
englué dans ses turpitudes.

Depuis ma bulle, sur l’écran
je ne vois que les ectoplasmes
de ces humains que je ne prends
que pour les jeux de mes fantasmes.

Vu du balcon, le monde n’est
que le décor en carton-pâte
d’un mauvais théâtre qui n’est
fait que de scènes disparates.

Vus du balcon, qu’ils semblent loin
les remous du monde enragé,
les hurlements, les coups de poing,
les pleurs d’enfants, de gens âgés.

Qu’ils semblent loin l’adolescent
enfermé dans sa solitude
et le pervers déliquescent
englué dans ses turpitudes.

Depuis ma bulle, sur l’écran
je ne vois que les ectoplasmes
de ces humains que je ne prends
que pour les jeux de mes fantasmes.

Vu du balcon, le monde n’est
que le décor en carton-pâte
d’un mauvais théâtre qui n’est
fait que de scènes disparates.

Posted in Poésie

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *