Menu Fermer

C’è todi lè ptits qu’on sprotche … (C’est toujours les petits qu’on écrase…)

Les milliards des requins internationaux s’entassent au soleil, bien à l’abri des autorités fiscales qui ne font même pas mine de s’en occuper.
Oh, bien sûr, on « condamne fermement », mais en soulignant qu’il « n’y a souvent rien d’illégal » dans la démarche. Comme si les lois étaient toutes morales, justes et immuables.
Et puis, si les journalistes de l’ICIJ, le consortium international de journalistes d’investigation, n’avait pas levé le lièvre, il n’est pas sûr que les administrations fiscales auraient pris la peine d’ouvrir la chasse au trésor. À présent ils en sont réduits à demander aux journalistes de leur fournir les informations.

Pendant ce , la fait la chasse aux pauvres, les rend responsables de leur état, menace,via une nouvelle réglementation sur le contrat d’insertion, de leur couper la dernière petite allocation, celle qui leur permet tout juste de ne pas sombrer complètement.
Le discours officiel est particulièrement abject: le ton paternaliste, l’insistance sur l’aide apportée aux allocataires alors que le système prévoit des sanctions financières !! à l’encontre des plus pauvres, souvent des plus désepérés de nos concitoyens, comme si on choisissait cet état de dépendance. Le sommet est atteint lorsqu’il est question de ‘remise sur le marché du travail’: plutôt que de les punir, que ne donne-t-on à ces gens un vrai travail avec un vrai salaire?

Info LE VIF

Une fois de plus, il faut bien constater qu’il est plus facile de s’attaquer aux faibles qu’aux puissants, à la petite éventuelle fraude sociale qu’à la grande et avérée fraude fiscale.

Finalement, c’est juste une , écho lointain de ma jeunesse, qui sauvera mon humeur avec son sourire en coin.

Paroles

S’abonner
Notifier de
guest
3 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
3
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
%d blogueurs aiment cette page :