Menu Fermer

Adieu.

Nous leur dirons adieu, sans rancœur ni tristesse,
mais avec un soupçon de regret toutefois
de n’avoir pas aimé avec plus de noblesse
d’avoir trop attendu avec trop peu de foi.

Nous leur dirons adieu, déjà ils disparaissent
dans le brouillard glacé d’un automne frileux
se déchirant parfois pour que nous apparaissent
les spectres indistincts de nos passés houleux.

Les jours anciens s’en vont emportant avec eux
le souvenir des noms, des visages, des voix
fredonnant sérénades ou refrains belliqueux,
les reliques du temps passant en longs convois.

Nous leur dirons adieu, aux jours de nos jeunesses,
aux élans, aux refus, aux bonheurs passagers,
nous leur dirons adieu, aux drames et aux détresses
et passerons l’hiver dans nos vies usagées.

Nous leur dirons adieu, sans rancœur ni tristesse,
mais avec un soupçon de regret toutefois
de n’avoir pas aimé avec plus de noblesse
d’avoir trop attendu avec trop peu de foi.

Nous leur dirons adieu, déjà ils disparaissent
dans le brouillard glacé d’un automne frileux
se déchirant parfois pour que nous apparaissent
les spectres indistincts de nos passés houleux.

Les jours anciens s’en vont emportant avec eux
le souvenir des noms, des visages, des voix
fredonnant sérénades ou refrains belliqueux,
les reliques du temps passant en longs convois.

Nous leur dirons adieu, aux jours de nos jeunesses,
aux élans, aux refus, aux bonheurs passagers,
nous leur dirons adieu, aux drames et aux détresses
et passerons l’hiver dans nos vies usagées.

Posted in Poésie

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *