Menu Fermer

Chiens perdus.

Les mots, dans le chaudron du monde,
grondent
de et de profonde,
immonde.

À coups de goupillons
et de salamalecs,
de sang dans nos sillons
et de grands gestes secs,
les génies malfaisants
des quatre coins du
rameutent en médisant
les chiens perdus qui grondent.

Leurs mots, dans le chaudron fatal,
distillent
leurs poisons, et ceux qui les avalent
défilent
en rangs serrés, le poing levé,
se croient vivants,
clones décérébrés, gavés
de vent.

Les mots, dans le chaudron du monde,
grondent
de et de profonde,
immonde.

À coups de goupillons
et de salamalecs,
de sang dans nos sillons
et de grands gestes secs,
les génies malfaisants
des quatre coins du
rameutent en médisant
les chiens perdus qui grondent.

Leurs mots, dans le chaudron fatal,
distillent
leurs poisons, et ceux qui les avalent
défilent
en rangs serrés, le poing levé,
se croient vivants,
clones décérébrés, gavés
de vent.

Dernière mise à jour le 2 mai 2020 par André

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
%d blogueurs aiment cette page :