Menu Fermer

Été.

Le n'a fait que passer
sur l'herbe assoiffée du jardin
l' qui le fait trépasser
nous nargue encore avec dédain.

Nous avions bercé tant de rêves
depuis le début de notre âge
d'étés chauds de sans trêve
nous voici guettant les nuages
notre soif attendant qu'ils crè.

L' sera-t-il clément
cassera-t-il le maléfice ?
Enverra-t-il d'autres tourments
pour punir la et ses fils ?

L'été nous nargue et l'on attend…

Le printemps n'a fait que passer
sur l'herbe assoiffée du jardin
l'été qui le fait trépasser
nous nargue encore avec dédain.

Nous avions bercé tant de rêves
depuis le début de notre âge
d'étés chauds de soleil sans trêve
nous voici guettant les nuages
notre soif attendant qu'ils crèvent.

L'automne sera-t-il clément
cassera-t-il le maléfice ?
Enverra-t-il d'autres tourments
pour punir la terre et ses fils ?

L'été nous nargue et l'on attend…

Dernière mise à jour le 3 mois par André

Posted in Poésie
S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x