Menu Fermer

Feu.

Originally posted 2021-06-13 14:11:35.

Le meurt doucement.
La cendre grise, encore,
couve un tison dormant:
non, le n'est pas !

Le souffle d'un élan,
un tourmenté,
un geste un peu violent
peut le ressusciter.

Feu qui consumes et qui dévores,
feu sans pitié,
insatiable conquistador,
feu flibustier,
tu détruis nos corps et nos âmes
sur tes bûchers
engloutissant hommes et
effarouchés.

Le feu ne dort que d'un œil
mi-clos,
au moindre sursaut d'orgueil
éclot
une fièvre nouvelle
qui tue
comme une ritournelle
têtue.

Le feu meurt doucement.
La cendre grise, encore,
couve un tison dormant:
non, le feu n'est pas !

Le souffle d'un élan,
un tourmenté,
un geste un peu violent
peut le ressusciter.

Feu qui consumes et qui dévores,
feu sans pitié,
insatiable conquistador,
feu flibustier,
tu détruis nos corps et nos âmes
sur tes bûchers
engloutissant hommes et femmes
effarouchés.

Le feu ne dort que d'un œil
mi-clos,
au moindre sursaut d'orgueil
éclot
une fièvre nouvelle
qui tue
comme une ritournelle
têtue.

Posted in Poésie
S’abonner
Notifier de
guest

5 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Paquerette

De jolies phrases pour décrire un fléau de l’été

Chantal SEVESTRE

Aussi ravageur que l’eau… Deux éléments à craindre.

Adrienne

il est glaçant, ton feu 😉

5
0
Would love your thoughts, please comment.x