Menu Fermer

Froid.

À petits coups de dents le grignote
la chaude dont il ne reste
à la fin du qu'une pelote
raide et tremblante sous la pauvre veste.

Fleurira-t-elle encore l'ancienne rose
que nous gardions dans les replis du cœur
comme un gage secret de qui n'ose
croire encore au qu'il sait menteur ?

À petits coups de dents le froid ne laisse
sur les os que la peau et pas de graisse.

À petits coups de dents le froid grignote
la chaude humanité dont il ne reste
à la fin du repas qu'une pelote
raide et tremblante sous la pauvre veste.

Fleurira-t-elle encore l'ancienne rose
que nous gardions dans les replis du cœur
comme un gage secret de vie qui n'ose
croire encore au printemps qu'il sait menteur ?

À petits coups de dents le froid ne laisse
sur les os que la peau et pas de graisse.

Dernière mise à jour le 3 mois par André

Posted in Poésie
S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x