Guajira

Hamac bleu

Ce texte sur la Guajira est ma participation à l’Agenda Ironique du mois d’août 2018.

Certains, au nom de Vancouver,
pâlissent.
Pour moi, civil, c’est le désert
qui tisse
le hamac bleu des souvenirs.

de cactus et de feu,
qu’un accordéoniste en février
d’un accent latino agrémente son jeu,
et je foule à nouveau tes sentiers.

Marcher, marcher sans trêve,
marcher pour l’eau
au goût suave dont on rêve
comme d’Alfa Romeo

Marcher, marcher encore,
les pieds meurtris,
dans cet enfer dont le décor
parfois évoque un paradis.

Guajira des Esprits et des Hommes,
Milady, Aristide, Oscar,
vous m’avez tous adopté comme
un vieux parent arrivé tard,
en accord avec votre .

Guajira de soif et de faim,
Guajira tu berces sans fin
le hamac bleu des souvenirs.

André


Pour partager ...
  • 7
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    7
    Shares

18
Une réaction ? Un commentaire ?

Veuillez Connexion pour commenter
avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
oth67

J’espère que tu n’es pas tombé ?

trackback

[…] moi, c’est dans mon hamac bleu que le texte de Marcel Thiry m’a envoyé rêver à quelques […]

Andrea Couturet

Oui, très beau poème.
Nostalgie et mélancolie, peut-être…

trackback

[…] moi, enfin, c’est dans mon hamac bleu que le texte de Marcel Thiry m’a envoyé rêver à quelques […]

lesnarinesdescrayons

Très joli poème 😉!

chachashire

La Gujira et les Wayuus, comme la vallée de l’Omo en Ethiopie, ou des milliers de lieux.
Je partage votre révolte. J’ai tendance à vouloir agir sur les causes plutot que sur les effets.

Ce que cette « civilisation » fait au Wayuus, elle l’a fait précédemment aux autres Arawaks, mais aussi sur des cultures qui nous sont proches. Seulement voila, écraser une culture européenne, sa langue, ses moeurs, c’est « émanciper des ploucs » .

trackback

[…] Et ça se passe chez André, qui, après l’oubli, va s’en balancer ensuite sur son hamac bleu, mais avant ça, nous propose d’écrire pour l’agenda ironique d’août, ici, […]

Adrienne

nostalgie heureuse teintée d’amertume, dirait-on…
mais sans doute je ne vous connais pas assez pour savoir vraiment, je découvre seulement votre blog (et pas mal de points communs)

patchcath

« Un enfer au décor de paradis », c’est une belle image,
et joli poème plein de souvenirs,
il est beau ton hamac bleu, André 🙂

%d blogueurs aiment cette page :