Menu Fermer

Histoire.

Silence inquiet des soirs frileux
où rôdent les idées moroses
un air de jazz qui vire au bleu
un vieux cerveau souffrant d’arthrose.

Le temps s’en va vers son destin
traînant ses pieds endoloris
gesticulant comme un pantin
arborant un air ahuri.

Ce n’est que dans l’or du matin
que se fondront les idées noires
que renaîtra le cabotin
qui nous fera croire à l’histoire.

Silence inquiet des soirs frileux
où rôdent les idées moroses
un air de jazz qui vire au bleu
un vieux cerveau souffrant d’arthrose.

Le temps s’en va vers son destin
traînant ses pieds endoloris
gesticulant comme un pantin
arborant un air ahuri.

Ce n’est que dans l’or du matin
que se fondront les idées noires
que renaîtra le cabotin
qui nous fera croire à l’histoire.

Posted in Poésie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *