Menu Fermer

Printemps

Printemps futile et solitude
aux couleurs vives,
bourgeons dont la sollicitude
attend les grives,

Vous éclorez en notre nom,
en notre absence,
tandis que nous nous confinons
devant l’urgence.

La grande lumière arrive,
après le gris
d’un hiver paresseux que suivent
des jours surpris.

Le printemps à présent s’envole
en nous laissant
prisonniers, enchaînés au sol,
obéissants.

Printemps futile et solitude
aux couleurs vives,
bourgeons dont la sollicitude
attend les grives,

Vous éclorez en notre nom,
en notre absence,
tandis que nous nous confinons
devant l’urgence.

La grande lumière arrive,
après le gris
d’un hiver paresseux que suivent
des jours surpris.

Le printemps à présent s’envole
en nous laissant
prisonniers, enchaînés au sol,
obéissants.

Posted in Poésie

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *