Silence.

Silence. 
Quelques bruits familiers,
un pas sur le gravier.

Présence
invisible du  
aux confins du

Patience 
infinie et féconde
des insectes,  et soudain 

conscience 
du parfum précurseur 
et subtil 
d’un instant de bonheur 
volatil. 

André 


Pour partager ...
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2
Une réaction ? Un commentaire ?

Veuillez Connexion pour commenter
avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
le plus récent le plus ancien
Notifier de
Adrienne

on ne voit pas (encore), on entend et on sent (déjà) 🙂
c’est très beau!