Menu Fermer

Silence.


Quelques bruits familiers,
un pas sur le gravier.

Présence
invisible du  
aux confins du

 
infinie et féconde
des insectes,  et soudain 

conscience 
du parfum précurseur 
et subtil 
d'un instant de  
volatil. 

Silence. 
Quelques bruits familiers,
un pas sur le gravier.

Présence
invisible du monde 
aux confins du jardin. 

Patience 
infinie et féconde
des insectes,  et soudain 

conscience 
du parfum précurseur 
et subtil 
d'un instant de bonheur 
volatil. 

Dernière mise à jour le 5 mois par André

Posted in Poésie
S’abonner
Notifier de
guest

2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Adrienne
15 septembre 2019 20:48

on ne voit pas (encore), on entend et on sent (déjà) 🙂
c’est très beau!

2
0
Would love your thoughts, please comment.x