sy

Sy, le dimanche

, le dimanche.

Une onde aux camaïeux
de brun
porte l’écho d’appels joyeux.

Les feuilles à peine écloses
palpitent
troublées par les doux
du vent
et les gémissements
de l’eau
languide et tourmentée,
troublée par les coups d’avirons
des premiers canotiers.

Le soleil çà et là
dessine
sur le chemin et le ruisseau,
fugace,
un tableau provisoire.

L’ombre tiède résonne
des chants discrets
d’oiseaux,
bavardages secrets.

Le jour s’allonge
et, l’âme en paix,
le promeneur
savoure en cet instant parfait
le qu’il fait

 

André


 

Pour partager ...
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Shares

Une réaction ? Un commentaire ?

Veuillez Connexion pour commenter
avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de
%d blogueurs aiment cette page :