Menu Fermer

Un air.

Un air au coin du soir
note à note
égrène encore l’espoir
que les bottes
redeviennent chaussons
que les cris
redeviennent chansons
qu’aux abris
cachent les amoureux
leurs émois
qu’enfin les temps heureux
d’autrefois
renaissent généreux.

Un air au coin du soir
note à note
égrène encore l’espoir
que les bottes
redeviennent chaussons
que les cris
redeviennent chansons
qu’aux abris
cachent les amoureux
leurs émois
qu’enfin les temps heureux
d’autrefois
renaissent généreux.

Posted in Poésie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *