Menu Fermer

Ville

Image by Free-Photos from Pixabay

Sur tes trottoirs déserts,
la
ruisselle en flots amers.
Et les néons du
s’ennuient
au seuil de la noire.

Les ombres du passé
s’estompent
sur tes murs encrassés;
l’agonie du présent
détrompe
l’illusion du passant.

Tes quartiers désormais
étrangers
ne se parlent jamais.
Ton théâtre, aujourd’hui
trop âgé,
croule sous son enduit.

Quelques édiles, encore,
voulant te rendre vie,
te charcutent le corps,
font des trous à l’envi.

Mais ton n’y est plus,
tes artères renient
tes vieux membres perclus.
Ma ville à l’agonie.

Sur tes trottoirs déserts,
la
ruisselle en flots amers.
Et les néons du
s’ennuient
au seuil de la noire.

Les ombres du passé
s’estompent
sur tes murs encrassés;
l’agonie du présent
détrompe
l’illusion du passant.

Tes quartiers désormais
étrangers
ne se parlent jamais.
Ton théâtre, aujourd’hui
trop âgé,
croule sous son enduit.

Quelques édiles, encore,
voulant te rendre vie,
te charcutent le corps,
font des trous à l’envi.

Mais ton n’y est plus,
tes artères renient
tes vieux membres perclus.
Ma ville à l’agonie.

Dernière mise à jour le 19 février 2020 par André

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
%d blogueurs aiment cette page :