Menu Fermer

Épidémie

Flocons épars au gré du vent
glacé,
pensées confuses et trop souvent
brassées,
élans furtifs et inutiles,
cassés
au mortier des instants fragiles.
Qui sait
si au-delà du temps figé,
brisé,
après la des gens âgés,
usés,
leurs tisseront un
aux couleurs vives de l’été,
entraînant, joyeux, dans leur ronde
les survivants comme hébétés ?

S’il se prend encore à rêver,
l’homme aujourd’hui abandonné
voit sa dériver
avec ses vieux déracinés.

Que le fléau enfin s’allège,
que se lève un matin léger,
que le la neige,
que refleurissent les vergers !

Flocons épars au gré du vent
glacé,
pensées confuses et trop souvent
brassées,
élans furtifs et inutiles,
cassés
au mortier des instants fragiles.
Qui sait
si au-delà du temps figé,
brisé,
après la mort des gens âgés,
usés,
leurs enfants tisseront un
aux couleurs vives de l’été,
entraînant, joyeux, dans leur ronde
les survivants comme hébétés ?

S’il se prend encore à rêver,
l’homme aujourd’hui abandonné
voit sa dériver
avec ses vieux déracinés.

Que le fléau enfin s’allège,
que se lève un matin léger,
que le la neige,
que refleurissent les vergers !

Dernière mise à jour le 30 avril 2020 par André

S’abonner
Notifier de
guest
6 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Soène
Soène
4 avril 2020 07:30

Une belle espérance, André, pour un avenir meilleur et moins superficiel ?
Je doute mais j’ose y croire quand même.
Bon weekend
e-bises d’O.

passiflore
1 avril 2020 19:49

Trop beau!! MERCI!!

ibonoco
31 mars 2020 23:12

Attention André, l’épidémie touche malheureusement même les plus jeunes.
Beau texte André

Adrienne
30 mars 2020 19:26

(soupir) pour des gens comme ma mère, il faudrait que la situation revienne vite à la « normale »
hélas ce ne sera pas le cas

6
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
%d blogueurs aiment cette page :