Un goût de fiel.

Ici, les grilles se ferment,
là, on bouche les puits.
Tu as cinq ans, tu fuis
sans savoir qu’en toi germe
un avenir de fiel.

Ici, tu vois le
à travers un grillage;
là, s’écroule un village,
et le soleil inonde
ce que tu vois du ciel.

Tu as cinq ans, le bruit
des avions, des canons,
des voix qui crient ton nom,
au plus noir de la nuit
trop souvent te réveille.

Naufragé sur la Terre,
passager malvenu,
chassé ou détenu,
voué à la ,
enfant aux miens pareil

tu bois jusqu’à la lie
ta vie au goût de fiel.

André


Pour partager ...
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une réaction ? Un commentaire ?

Veuillez Connexion pour commenter
avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de
%d blogueurs aiment cette page :