Menu Fermer

Oubli.

L’ qui tout guérit
n’est que supercherie
le fleuve indolent de nos vies
nul n’en maîtrise les envies.

Tantôt il court l’aval
ou se déguise en canal
immobile et sans
sous le linceul des eaux noires.

Et puis le blues.

Sans prévenir l’onde reflue
découvre les îles englouties
les vieux démons soudain affluent
dans un pénible clapotis.

Alors le blues.

Le cœur se serre et l’horizon
n’est plus qu’un mur gris sans pitié
l’esprit muré dans sa prison
comme grenouille en bénitier
tourne autour de ses trahisons.

Pourtant le
à coups de rythmes saccadés
ouvre une brèche et tout repart
le fleuve enfin peu s’évader
la vie s’écoule autre part.

L’ qui tout guérit
n’est que supercherie
le fleuve indolent de nos vies
nul n’en maîtrise les envies.

Tantôt il court l’aval
ou se déguise en canal
immobile et sans
sous le linceul des eaux noires.

Et puis le blues.

Sans prévenir l’onde reflue
découvre les îles englouties
les vieux démons soudain affluent
dans un pénible clapotis.

Alors le blues.

Le cœur se serre et l’horizon
n’est plus qu’un mur gris sans pitié
l’esprit muré dans sa prison
comme grenouille en bénitier
tourne autour de ses trahisons.

Pourtant le
à coups de rythmes saccadés
ouvre une brèche et tout repart
le fleuve enfin peu s’évader
la vie s’écoule autre part.

S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
%d blogueurs aiment cette page :