ceta

CETA, ils ont gagné, les doigts (presque) dans le nez, en tout cas dans le pot de confiture.

Avec ses airs de petit village d’irréductibles Gaulois, la Wallonie a pu, jusqu’il y a peu, laisser croire à son opposition vis-à-vis d’un traité de libre échange dont bon nombre de ses citoyens ne veulent pas. On a même, naïvement, failli y croire. Certains se raccrochent comme ils peuvent à l’espoir que les parlements, ou au moins certains d’entre eux, renoncent à ratifier l’accord.

Mais le mal est fait: la route est désormais grande ouverte aux puissants prédateurs multinationaux. Dans « libre échange », le mot « libre » est un miroir aux alouettes, une tromperie, une insulte. La seule liberté, pour nous pauvres couillons de citoyens, est celle de fermer notre gueule, de payer, de subir. Les États vont désormais pouvoir demander poliment l’autorisation de protéger leurs citoyens des rapaces.

Cette qui libéralise à tout crin, qui crée, à côté de la richesse de quelques-uns, , chômage, récession; cette qui sait si bien tenter d’ériger des barrières contre le soi-disant danger des migrations, et qui ouvre grand la porte aux fraudeurs et voleurs de tout poil; cette donneuse de leçons qui désagrège obstinément ses systèmes de protection sociale au nom d’un libéralisme sauvage; cette -là, je n’en veux plus.

Bientôt ce sera le jour des morts, l’occasion de me souvenir d’un rêve européen jusqu’ici moribond, désormais enterré dans la boue des camps de , sous la dalle de granit noir de ce traité assassin.

Pour partager ...
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une réaction ? Un commentaire ?

Veuillez Connexion pour commenter
avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de
%d blogueurs aiment cette page :