Menu Fermer

La vie des plantes.

La vie des plantes a quelque chose
d’inquiétant,
même en m’y efforçant, je n’ose,
hésitant,
m’imaginer végétal
permanent
orné de quelques pétales,
marmonnant
un discours immatériel
et savant
à destination du ciel
et du vent.

La vie des plantes est un mystère
effrayant,
les pieds enchaînés à la terre,
dépliant
leurs corps gorgés de chlorophylle,
impotents,
feignant une pose immobile
et pourtant
toujours en mouvement secret
en rampant
ou poussant un œil indiscret,
occupant
l’espace à leur profit,
répandant
leurs grains qui fructifient
inondant
le sol de vagues vertes
immobiles,
trompeusement inertes,
indociles.

La vie des plantes est notre vie,
menteuse et dévastatrice,
régnant sur un monde asservi
et terriblement séductrice.

La vie des plantes a quelque chose
d’inquiétant,
même en m’y efforçant, je n’ose,
hésitant,
m’imaginer végétal
permanent
orné de quelques pétales,
marmonnant
un discours immatériel
et savant
à destination du ciel
et du vent.

La vie des plantes est un mystère
effrayant,
les pieds enchaînés à la terre,
dépliant
leurs corps gorgés de chlorophylle,
impotents,
feignant une pose immobile
et pourtant
toujours en mouvement secret
en rampant
ou poussant un œil indiscret,
occupant
l’espace à leur profit,
répandant
leurs grains qui fructifient
inondant
le sol de vagues vertes
immobiles,
trompeusement inertes,
indociles.

La vie des plantes est notre vie,
menteuse et dévastatrice,
régnant sur un monde asservi
et terriblement séductrice.

Posted in Poésie

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *